TEST | Daymare: 1998 ou les dérives d’un hommage bien trop littéral